Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #trukastuss catégorie

2006-02-07T06:00:00+01:00

Nos enfants et le langage

Publié par doct'ole

Pour trouver réponse, en un clin d'oeil, aux questions les plus fréquemment posées aux spécialistes de communication au sujet des enfants, faites ce petit test conçu par l'ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec . Intrigant et instructif, c'est ici !

 Est-ce que le langage de mon enfant se développe bien ?

Le tableau qui suit résume ce qu'un enfant comprend et produit à chaque période de sa petite enfance . Toutefois ne vous inquiétez pas si votre enfant vous paraît légèrement en retard ou en avance .

Les âges mentionnés sont approximatifs .


Ce qu'il comprend Âge Ce qu'il dit
Sourit et/ou vocalise lorsqu'on lui parle.
Crie, bouge lorsqu'on prépare son boire ou son bain.
Reconnaît la voix de personnes familières (ex. : Papa, maman, gardienne)
0-6 mois Pleure et crie pour exprimer un état de confort ou d'inconfort.
Commence à produire des sons et des petites syllabes (ex. : Bo, ma).
Comprend des petites phrases courantes (ex. : «Où maman?», «Donne moi ton toutou», «Dis bonjour».) 6-12 mois Commence à dire des «vrais» mots (ex. : «Papa», «maman», «lait»).
Regarde attentivement des objets et des images qu'on nomme pour lui. Pointe, sur demande, plusieurs parties de son corps.
Comprend des demandes simples (ex. : «Va chercher le camion»)
12-18 mois Utilise entre 20 et 30 mots.
Adore imiter les bruits d'animaux.
Pointe des images qu'on lui nomme. 18 mois à 2 ans Commence à unir deux mots à la fois (ex. : «Atie maman!», pour dire «partie maman»).
Exprime la négation («Non», «pas»).
Dit son nom et commence à utiliser les pronoms «moi» et «toi».
Utilise environ 100 mots.
Obéit à des demandes plus longues (ex. : «Vas chercher ton pyjama dans ta chambre»).
Comprend les principaux mots d'action (ex. : mange, saute, lance, etc.).
Reconnaît et identifie les différentes personnes d'une famille.
2 à 2 ½ ans Fait des phrases de 3 mots en moyenne.
Connaît environ 200 mots.
Demande souvent «Quoi ça?».
Parle souvent seul en jouant.
Commence à utiliser quelques adjectifs possessifs (ex. : à moi, à toi) et articles (ex : un, une).
Commence à comprendre certaines notions concernant l'espace (ex. :Dans, sur, en haut).
Fait la différence entre certains mots de dimension (ex. : Gros, petit).
2 ½ à 3 ans Parle de ses dessins ou des images d'un livre si on lui demande.
Utilise de plus en plus les articles (le, la) et les pronoms (je, il, elle).
Commence à comprendre de petites histoires qu'on lui raconte à partir des images.
Commence à comprendre les notions concernant le temps (ex. : Hier, tantôt, ce soir).
Connaît 3 ou 4 couleurs.
Comprend la notion pareil/différent.
3 à 3 ½ ans Fait des phrases simples complètes.
Pose des questions (ex. : «Pourquoi?»).
Aime parler des choses qu'il découvre, raconte ce qu'il fait.
Est compris par un étranger.
Comprend la plupart des questions posées sur ce qui l'entoure (ex. : Où, quand, pourquoi).
Comprend les quantités 1-2.
3 ½ à 4 ans Produit des phrases simples et correctes mais fait encore quelques erreurs dans les phrases plus longues.
Commence à varier le temps des verbes.
Raconte ce qu'il a fait un peu plus tôt si on lui demande.
Connaît les formes simples (ex. : Rond, carré, croix).
Comprend la question «comment».
Obéit à des commandes impliquant des objets non présents (ex. : Quand je vais partir tu iras ramasser tes jouets dans ta chambre»).
4 à 4 ½ ans Produit de plus en plus de phrases longues sans faire d'erreur. (ex. : «Ouvre la lumière parce que j'ai peur»).
Comprend de longues phrases, mais les interprète mal à l'occasion.
Connaît des noms de catégorie (ex. : animaux, vêtements, aliments)
4 ½ à 5 ans Adore créer des histoires et raconter celles qu'il a déjà entendues.
Fait quelques erreurs lorsqu'il utilise les verbes irréguliers (ex. : «Vous faisez» à la place de «vous faites»).
S'intéresse au sens des mots.
Demande souvent «Qu'est-ce que ça veut dire?» ou essaie d'utiliser les mots nouveaux à différentes occasions pour en vérifier le sens.
Commence à s'adapter aux connaissances de l'autre.

Voir les commentaires

2006-02-06T06:00:00+01:00

Mardi gras, carnaval !

Publié par doct'ole

 

Le carnaval démarre en janvier/février. Mais c'est surtout autour du Mardi Gras que les rues de nombreuses villes au monde s'animent. A l'école, la période du Mardi Gras est l'occasion de se déguiser, de préparer des masques. Il semblerait que l'origine de Mardi Gras soit chrétienne. En fait, il s'agissait du dernier jour avant Pâques où l'on pouvait manger "gras". D'où le mot "mardi gras", les beignets et l'envie de faire la fête avant d'entamer une période peu folichonne.

 

Tu souhaites faire des coloriages, des grilles de mots croisés, des bricolages sur le carnaval alors clique ici .

 

 

 

 

Voir les commentaires

2006-01-31T06:00:00+01:00

Nous le monde

Publié par doct'ole

 Le site "Nous le monde" que je vous propose aujourd'hui a été conçu par une équipe d'ethnologues et d'enseignants . Il a pour vocation de sensibiliser de manière ludique les enfants de 7 à 12 ans à la découverte de cultures indigènes . Il apporte aux jeunes internautes des informations sur leur culture, leur mode de vie et les problèmes qu'ils rencontrent, particulièrement les menaces sur leur environnement .

Dès la page d'accueil, le jeune internaute découvre les trois enfants indigènes :

Guiomar, petite fille yanomami du Brésil 

 Anton, petit garçon tchouktche de Sibérie

 Esimba, petit garçon pygmée ba-aka du Congo

Voir les commentaires

2006-01-21T06:00:00+01:00

Zut ! Des mots de dictée ! (suite)

Publié par doct'ole

 Apprendre des mots, c'est savoir les orthographier . Bien sûr, je ne peux savoir l'orthographe de tous les mots ! Je ne peux pas non plus me rappeler de tous les mots : il se peut que j'oublie. Comment puis-je m'en sortir quand je ne sais plus, ou je ne sais pas comment "ça s'écrit" ? Le truc qui sauve : écrire le mot comme il se prononce (je me rappelle comment je forme les syllabes et restitue les sons que j'entends) ; malheureusement, ça ne marche pas à tous les coups, car l'orthographe française est remplie d'inégalités, mais ça peut aider.
On peut ,avec l'aide de maman ou papa (ou des deux, c'est encore mieux !), chercher ensemble la bonne orthographe . Les leçons d'orthographe, de vocabulaire, de ... peuvent (et devraient)  m'aider : par exemple les familles de mots (on écrit porc car porcherie, port car portuaire ...) . Maman ou/et papa m'ont dit que pour écrire tel phonème, on utilise surtout tel graphème (pour le son [f], on utilise plus souvent "f"  que "ph") (les correspondances "phonèmes/graphèmes les plus souvent utilisées)

 Apprendre des mots, c'est les mémoriser . Jusque là, j'ai tout compris . Mais de quelle mémoire parle-t-on ? (visuelle, auditive ....) Dans le doute, mes "pôvres" bouts de chou subiront plusieurs exercices .

Je vous ai déjà parlé hier des cartes-modèles (utiles voire indispensables à la copie) . Celles-ci favoriseront la mémoire visuelle mais seront également utiles aux manipulations .

Quant à la mémoire auditive, rien de mieux que d'épeler les mots ou de jouer "au pendu" .

Quelques petits jeux avec les cartes modèles :

1) la copie cachée (on regarde la carte X secondes puis on la retourne, ensuite on écrit le mot , enfin, on corrige)

2) la dictée (avec deux enfants, c'est mieux . L'un dicte (il voit donc les mots bien orthographiés) puis corrige . L'autre écrit . On échange les rôles ensuite)

3) On invente des phrases avec les mots (et hop, on en profite pour réviser nos règles d'orthographe)

4) le jeu du pendu

Bon courage !!!!!!!!!!!!!!!!!

PS : Une adresse pour améliorer son orthographe tout en jouant, c'est ici (dictée mémory) ou (le jeu du pendu) .

Remarque : on n'est pas obligés de s'inscrire mais c'est recommandé (pour évoluer, voir ses progrès et changer de niveau)

Voir les commentaires

2006-01-20T06:00:00+01:00

Zut des mots de dictées !

Publié par doct'ole

 sApprendre des mots : pourquoi ?

Pour ennuyer les enfants, les parents ?!!!

Très longtemps, ce devoir "faire apprendre les mots" fut une contrainte . Ah si j'avais pu, su y échapper !!!!!! Mais, un jour, j'ai eu honte de ma lâcheté et j'me suis dit "allez, ouste, faut qu'on trouve quelque chose !"

Apprendre des mots : pourquoi ?

Ces mots je les ai déjà vus au moins une fois, je les ai également écrits au moins une fois : donc bien orthographiés au moins une fois : les lire et les écrire de nouveau me permettra à la longue de les assimiler : je ne m'inquiète pas :à force de répétitions, ma mémoire imprime !!! La prochaine fois que je rencontre le même mot dans une dictée, je l'orthographie correctement... enfin normalement !

PS :attention, si vous leur faites copier (ce que je fais), souvent, l'enfant prend comme modèle le dernier mot qu'il vient d'écrire (d'où des lignes de mots avec des fautes erreurs à chaque mot !) je vous conseille alors de fabriquer une carte sur laquelle est écrit le modèle (sans faute de préférence !) . Placer la carte-modèle sur ce qu'ils viennent d'écrire pour recopier le mot et ainsi de suite .......

Apprendre des mots : pourquoi ?

Apprendre des mots, c'est certes les mémoriser mais c'est aussi acquérir du vocabulaire !

Demain, nous verrons "comment les apprendre" !

PS : Pour enrichir leur vocabulaire (et le nôtre par la même occasion !), je vous propose ce jeu (clique dessus) . Il propose des définitions et on doit retrouver le bon mot !

 

Voir les commentaires

2006-01-13T06:00:00+01:00

Mémoire visuelle (suite)

Publié par doct'ole

 Non ce n’est pas du tout impressionnant, cette supposée étude de l’université de Cambridge n’est qu’un canular colporté sur le net. D’ailleurs en inversant simplement les deux premières lettres des mots changés, on obtient ce texte :

Lseon nue détue de l’Vuinertisé de Mcabrigde, l’dorre des tlteers adns les mtos n’a aps d’pimrotncae, la usele ocshe pimrotnate est que la mpeirère et la rdenèire sioent à la nbnnoe cplae. Le rsete peut réte dans un sdérorde ttoal et uvos upoevz tutjoruos lrie nsas oprlblème. C’est rpace que le rceaveu uhmauin ne lit pas hcuaqe tletre elle-mmêe, imas le omt mcome un utot

Le texte n’est plus compréhensible ! Vous êtes déçu(e)s ?!!!!!!

Voir les commentaires

2006-01-12T06:00:00+01:00

Mémoire visuelle

Publié par doct'ole

Incroyable, lisez ce texte .

Mémoire visuelle !

 

Sleon une édtue de l'Uvinertisé de Cmabrigde, l'odrre des ltteers dnas un mtos n'a pas d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soit à la bnnoe pclae.

Le rsete peut êrtednas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Étonnant, non !

 

 

 

Alors, vous n'en revenez pas, hein ?

Mais ce que je vous révèlerai demain sera encore plus surprenant !!!!!!!!!!!!

Voir les commentaires

2006-01-10T06:00:00+01:00

Apprendre la géographie en s'amusant !

Publié par doct'ole

 Je ne sais pas si vous êtes comme moi : mais je n'ai aimé la géographie que lorsque j'ai commencé à voyager .............. à 18 ans !!!!!!!!!!!

Alors je suis tombée par hasard sur ces sites qui proposent de réviser sa géographie tout en s'amusant :

* les mômes adorent

* pas besoin de faire X photocopies pour les cartes

* l'ordi est plus patient que nous

* pas d'erreur que des encouragements

* ....

 Par exemple, pour apprendre les massifs montagneux, les grands cours d'eau , les drapeaux ou bien les pays ... Et j'en passe . Allez-y, ça vaut le détour !

PS : les enfants peuvent également tester leurs connaissances sur ce site "des colles pour écoliers " . Ce jeu est destiné aux enfants de 9 à 13 ans . Il se compose de plusieurs quiz (pour la géographie : 4 séries dont celle-là .)

Voir les commentaires

2005-12-30T06:00:00+01:00

Les tables de multiplication (suite)

Publié par doct'ole

Hier, vous vous rappelez, nous avions convenu qu'il était "aisé" d'apprendre ses tables jusqu'à 5 . Et puis qu'ensuite il ne restait plus qu'à apprendre : 6X7, 6X8, 6X9, 7X7, 7X8, 7X9, 8X8, 8X9 et 9X9 . Alors, il existe un truc infaillible pour les trouver : cliquer ici et va dans "jeu de doigts" pour avoir la petite astuce .

Quant à la table du 9, rappelez-vous de ça (va dans "facile la table du 9) !

Ensuite, une fois plus ou moins assimilées, on peut jouer avec les cartes (règles du jeu dans le précédent article) ou avec des sites sur internet comme celui-là ou celui-ci . Ou encore ici !

On peut également réviser ses tables en utilisant la méthode "per gelosia" . Souvenez-vous, c'était ainsi !

Ca vous a plu ?! Les techniques de multiplication vous intéressent donc ? Alors pour vous plaire : voici différentes méthodes présentées : grecque, russe, écossaise, égyptienne, contemporaine et italienne !

A vos calculettes, pardon, à vos neurones !!!

Construire la table de multiplication (acim)

 

Voir les commentaires

2005-12-29T06:00:00+01:00

Les tables de multiplication

Publié par doct'ole

Ah lala les tables de multiplication : quel casse-tête !!!

Alors, aujourd'hui, je vous propose quelques règles de modestes jeux pour retenir ces fameuses "tables de multiplication" . Ils sont destinés à en faciliter la mémorisation (visuelle, auditive et de manipulation) (enfin, je l'espère !!!)

 

PS : malheureusement, je pense qu'il est indispensable de les mémoriser un tantinet soit peu ... Leur montrer que si on connaît par coeur ses tables jusqu'à 5 (facile !!! non ?) il ne reste plus qu'à apprendre : 6X6, 6X7, 6X8, 6X9, 7X8, 7X9, 8X8 et 8X9 !!!!!! (En effet, quand on apprend 5X6 on connaît également 6X5 etc)

 

Demain, je vous proposerai des astuces "les tables sur le bout des doigts" ainsi que quelques sites ... A bon entendeur, salut !!!

 

Construire un jeu de cartes avec d'un côté la multiplication et de l'autre côté le résultat.
On pourra choisir pour commencer un petit jeu complet de 16 cartes couvrant les tables faciles : de 2x2 à 5x5.
On pourra ensuite jouer uniquement avec un jeu complet de 25 cartes couvrant les tables difficiles : de 5x5 à 9x9.
Le jeu couvrant toutes les tables, de 2x2 à 10x10, comporte 81 cartes et est plus difficilement jouable avec toutes les cartes, mais on pourra l'utiliser pour réviser seulement les tables non sues, avec une règle ne nécessitant pas un jeu complet. PS : certains proposent même de prendre des cartons de taille différente pour chaque table . Je m'explique pour 6X7, découper un carton de 6 carreaux par 7 carreaux ... Cette façon permet de mieux discerner le sens de la multiplication : 6X7 = 42 (--> 42 carreaux que l'on peut compter !)

Le recto-verso (seul,à plusieurs,  jeu complet ou non) :
Etaler les cartes sur la table côté multiplication visible. Choisir une carte, dire le résultat, vérifier en retournant la carte ou l’autre choisit une carte pour moi, je dis le résultat, l’autre vérifie en retournant la carte.  Si on a juste, on gagne la carte. Si on a faux, l’autre gagne la carte.A jouer en temps limité. Compter son score.
 

Le jeu des devinettes (seul,à plusieurs  jeu complet) :
Etaler les cartes sur la table côté résultat visible. Choisir une carte. Deviner quelle multiplication pourrait être de l’autre côté. Retourner pour vérifier. Si on a juste, on gagne la carte. Si on a faux, la carte est perdue, on la laisse retournée côté multiplication visible (c’est une aide pour la suite).


Le jeu de bataille (à 2, jeu complet ou non) :
Distribuer les cartes. Jouer à la bataille côté multiplication visible. Retourner côté résultat seulement si on n’est pas d’accord sur qui gagne.


Le jeu des dominos (seul, jeu complet) :
Etaler les cartes sur la table côté résultat visible. Retourner une carte du côté multiplication pour commencer. On doit faire une chaîne de dominos avec les nombres des multiplications qui correspondent. Exemple : 4x6 6x8 8x2 2x5 5x4 4x3 3x9 9x10 10x1 1x5 … On choisit pour cela les cartes sur la table côté résultat visible seulement. Si on a retourné une carte et qu’on ne peut pas la poser, elle est perdue. On doit faire la chaîne la plus longue possible.

Le jeu des dominos (à plusieurs, jeu complet) :
On partage le jeu et chacun étale ses cartes sur la table côté résultat visible. Retourner une carte du côté multiplication pour le départ. On doit faire une chaîne de dominos avec les nombres des multiplications qui correspondent. Exemple : 4x6 6x8 8x2 2x5 5x4 4x3 3x9 9x10 10x1 1x5 … Chacun son tour, on essaye de poser ses dominos. Si on ne peut pas poser de domino, on passe son tour. Si on a retourné une carte, qu’on s’est trompé et qu’on ne peut pas la poser, on la remet dans son jeu et on passe son tour. Le premier qui a posé tous ses dominos a gagné.

Le jeu du dépotoir (à plusieurs, jeu complet):

Distribuer autant de cartes chacun. Mettre une carte sur la table pour le départ : c’est le dépotoir. On ne joue pas chacun son tour, mais le plus vite possible. On doit poser une carte sur le dépotoir qui soit dans la même table que la carte du dessus. Si on se trompe et que l’on pose une carte qui n’est pas dans la même table, on ramasse tout le dépotoir, et le jeu reprend. Le premier qui a fini de poser toutes ses cartes a gagné.
Niveau facile : On regarde son jeu comme on veut. Sur le dépotoir, les cartes sont posées côté multiplication visible.
Niveau moyen : On regarde son jeu côté résultat seulement. Sur le dépotoir, les cartes sont posées côté multiplication visible.
Niveau difficile : On regarde son jeu côté résultat seulement. Sur le dépotoir, les cartes sont posées côté résultat visible.

La réussite en tas (seul, jeu complet) :
Mélanger ses cartes. Distribuer ses cartes en tas de cartes côté résultat visible ; un tas par table. On ne peut prendre que les cartes qui sont sur le dessus des tas. On doit refaire en dessous de chaque tas chaque table côté multiplication, dans l'ordre croissant. On a le droit de passer une carte d’un tas à un autre, à condition de poser cette carte sur une carte plus petite.

La réussite simple (seul, jeu complet):
Prendre le jeu, mélangé. On doit refaire chaque table côté multiplication, dans l'ordre croissant. Pour cela, on regarde le paquet, par groupes de 3 cartes à la fois et on ne peut prendre que la carte du dessus pour essayer de constituer ses tables. Quand on a fini de regarder tout le paquet, on recommence au début.

Le jeu de l’escalade (seul, jeu complet ou non):
On pose la carte la plus petite sur la table. C’est le départ du tas. Les autres cartes sont étalées côté multiplication visible. On doit poser toutes les cartes sur le tas, dans l’ordre de la plus petite à la plus grande, sans en oublier. On ne peut pas retirer de carte du tas. Sur le tas, les cartes sont tournées côté résultat visible. A la fin, on compte le nombre de cartes oubliées

D'autres idées en vrac pour apprendre ses tables (dpernoux)

Une astuce pour retrouver ses tables de 6 à 9 quand on connait ses tables jusqu'à 5 (PMEV)


Remarque :
Un logiciel gratuit à télécharger "Multiskate" pour apprendre ses tables !

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog